T Touba

28 décembre 2007 – 28 décembre 2017: Serigne Saliou Mbacké, déjà 10 ans !

Note utilisateur: 0 / 5

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives
 
Serigne Saliou Mbacke, 5º Khalife général des joyrides
Serigne Saliou Mbacke, 5º Khalife général des joyrides

Né en 1915 à Diourbel, Serigne Saliou était le dernier fils vivant de Cheikh Ahmadou Bamba Mbacké (1853-1927), fondateur du mouridisme au XIXe siècle, exilé au Gabon (1895-1902) et en Mauritanie (1903-1907) avant d’être assigné en résidence surveillée jusqu’à sa mort par le colonisateur français.

Grand producteur, il a réalisé un énorme projet agricole (Khelcom) sur une surface de 45 000 ha. Il reprit de nombreux travaux de rénovations aussi bien internes qu’externes de la mosquée et la construction de l’université islamique qu’avait entamée son frère aîné Abdoul Ahad Mbacké.

Il met en œuvre un plan de viabilisation de terrains d’environ 100 000 parcelles et un réseau d’électrification de la ville. De même, des canalisations ont été construites pour une meilleure évacuation des eaux de pluie.

D’abord l’éducation fut son occupation continue et depuis fort longtemps ; ses daaras où les étudiants travaillent dans les champs éparpillés à travers le pays (Ngott, Ndiapndal, Ndiouroul, Ndooka…) datent de plus d’un demi-siècle. Et enfin Khelcom acquis par le sang de beaucoup de villageois le dernier établissement leur a ravi la vedette en raison de ses dimensions. Dans ses écoles, l’enseignement du Coran et l’éducation religieuse étaient associés au travail pour indiquer qu’il s’agissait d’activités inséparables. Serigne Saliou a fait du mouridisme une voie soufi connue actuellement à travers le monde entier.

L’apprentissage du travail chez les jeunes leur confère la conscience qui permet à l’homme de s’accomplir, d’être utile à lui-même et à la communauté. Quant à l’éducation, elle a pour but dans ces daaras de faire connaître aux jeunes disciples le sens de la vie, les règles de comportement dans la société, les normes spirituelles et morales dont l’observation assure à chacun la sauvegarde de son humanité. L’accent est également mis sur les sciences religieuses car pour Serigne Saliou, la foi en Dieu est la principale dimension de l’homme. Cette entreprise d’éducation, qui s’adressait à des milliers d’élèves était entourée du plus grand soin de la part de Serigne Saliou qui y consacrait d’énormes ressources, donnant ainsi le signe d’un engagement personnel, profond.

Le chef spirituel de la confrérie des mourides est décédé à Touba à l’âge de 92 ans. Ce jeudi 28 décembre 2017, il aurait eu 102 ans.

 

Nos services

 Reportage  - Publicités sur internet - Réalisation de clips Audio & Vidéo pro, sites internet et hébergement web etc.

Email:

syllasal@yahoo.it

Téls:

+221 778155661 / 767350362